Le Blog Argentique

Découvre la photo argentique !

Tutoriel – Développer ses pellicules couleur (C-41)

Tutoriel – Développer ses pellicules couleur (C-41)

Si vous aviez encore des doutes, oui, développer ses propres pellicules à la maison est tout à fait possible. Cependant, attention aux non initiés, comme nous en parlions dans l’article « Quel procédé utiliser pour développer ses pellicules ? », le développement d’une pellicule noir et blanc est très facile et ne demande que très peu de compétence. C’est à la portée de tout le monde.

Mais aujourd’hui nous allons développer une pellicule couleur, ce qui est un petit peu plus complexe. Rien d’insurmontable évidemment, mais si vous avez déjà fait quelques développement noir et blanc par le passé, ça va grandement vous faciliter la tâche, puisque la grande majorité du processus est très similaire.

Le nécessaire

Les produits chimiques

Il vous faudra tout d’abord des chimies pour développement C-41. Ces produits sont le plus souvent vendus sous forme de kits contenant l’ensemble des produits nécessaires. Contrairement au chimiques noir et blanc, ici c’est assez compliqué de se les procurer séparément pour plein de raisons compliquées à expliquer ici. En gros, retenez simplement que si vous n’avez pas des centaines de pellicules à développer dans le mois, préférez les kits 😅

De nombreuses marques en proposent, les plus connues étant Tetenal et Rollei. Sachez que, contrairement au développement noir et blanc où les chimies utilisées ont un impact sur les photographies, en couleur elles n’ont quasiment aucune influence. Le choix du kit n’a donc pas une importance capitale.

Kit C-41 Telenal – Débutant
Pour 1 à 2 pellicules 35mm
Kit C-41 Rollei – 1L
Pour 12 à 16 pellicules 35mm
Kit C-41 Tetenal – 2.5L
Pour 30 à 40 pellicules 35mm

Le seul point à noter étant que le développement C-41 se fait normalement à 38°C, mais certains kits sont utilisables à d’autres températures. Par exemple le Tetenal Colortec peut aussi s’utiliser à 30°C, tandis que le Rollei Colorchem peut carrément s’utiliser à 25°C.

Le matériel

Du côté du matériel, comme la manipulation est très proche d’un développement noir et blanc, on va utiliser quasiment le même matériel, à savoir :

  • Une cuve de développement avec au moins une spire
  • Une paire de ciseaux
  • Un décapsuleur ou un extracteur de film
  • Une paire de pinces de séchages, ou des pinces à linge
  • Prévoyez aussi des éprouvettes graduée pour mesurer les quantités de produits si vous n’utilisez pas tout votre kit d’un seul coup
  • Une bassine d’eau chaude
  • Un thermomètre précis à 0.1°C prêt
  • Un chronomètre (celui d’un téléphone va très bien)

Le développement

Etape 1 – Mettre la pellicule dans la cuve

Photographie d'une cuve Paterson et de son contenu
Une cuve de développement et ses spires

Dans cette première étape, nous allons récupérer le contenu de la pellicule pour la mettre sur une spire, afin qu’elle soit à l’abri de la lumière dans notre cuve de développement.

Etant donné que c’est exactement la même manipulation que pour une pellicule noir et blanc, j’invite ceux qui ne savent pas déjà mettre une pellicule en spire, puis en cuve, à aller voir l’article ci-dessous pour plus d’informations.

Etape 2 – Préparer les chimies

Comme pour tout développement argentique, je rappelle que tous les produits utilisés ici sont dangereux pour l’environnement. Lorsqu’il ne sont plus utilisables, ne les rejetez pas dans l’évier ou dans la nature mais stockez-les dans des bouteilles, ou des bidons, avant de les confier à votre déchetterie locale.

Ici on arrive dans l’étape un peu plus complexe qu’en noir et blanc. En C-41 on dispose de 6 produits en tout. On va venir les mélanger pour obtenir 3 préparations différentes. A noter que suivant les marques, les proportions de produit peuvent varier, c’est à vous de regarder dans le guide d’utilisation les proportions de chaque produit à utiliser.

Le manuel d’utilisation
du Kit C-41 que j’utilise dans cet article

CD – Le révélateur couleur : en premier nous avons le révélateur couleur, souvent abrégé en « CD ». C’est lui qui va venir révéler les couleurs des images présentes sur la pellicule.

BX – Le blix : ensuite, nous allons utiliser un blix, qui est la contraction des mots « bleach » et « fix » (blanchisseur et fixateur). Ce produit a un rôle double. Il va terminer de révéler les couleurs de la pellicule, et également fixer les images pour les rendre insensibles à la lumière. Attention par contre, le blix tâche absolument tout ce qu’il touche, faites bien attention en le préparant.

Dans certains cas, il se peut que vous n’ayez pas de blix, mais d’un côté un blanchisseur, et de l’autre un fixateur. En fait le blix permet simplement d’avoir une étape en moins dans le développement, ce qui est bien plus confortable lorsqu’on développe ses propres pellicules à la maison. Et ce, même s’il se conserve un peu moins bien que les produits séparés.

SB – Le stabilisateur : c’est l’équivalent de l’agent mouillant qu’on utilise en noir et blanc. Il n’est pas obligatoire, mais il permet d’éviter les traces d’eau sur les pellicules. En plus, il va aussi permettre de durcir l’émulsion de la pellicule pour éviter les rayures.

Point sur la conservation

Bouteille accordéon 1L
Pour empêcher l’oxydation des chimies

Pour rappel, comme pour toutes les produits de développement argentique, ces derniers s’abîment très rapidement quand ils sont préparés. N’utilisez que la quantité nécessaire, et gardez de côté le reste pour plus tard.

Par exemple, en écrivant cet article, je n’ai que 3 pellicules à développer, donc je ne prépare que 300mL de chaque produit. C’est assez pour remplir ma cuve, et d’après le fabricant, je peux déjà développer 4 à 5 pellicules avec cette quantité, donc je n’ai pas besoin de plus.

Pour éviter que les chimies ne s’oxydent au contact de l’oxygène, il est aussi vivement conseillé de les stocker dans des bouteilles accordéon. Elles permettent de chasser l’air des bouteilles, et de les fermer hermétiquement, mais il est vrai que c’est un coût assez important pour de simples bouteilles. 😬

Etape 3 – Préparer une bassine d’eau chaude

Maintenant que la pellicule et nos produits sont prêts, il est temps de mettre l’ensemble à la bonne température.

Ici, je vais faire un développement à 38°C puisque c’est la température qui fonctionne avec tous les kits C-41. Si vous souhaitez le faire à une autre température, aucun souci, il suffit de bien suivre la température, et les durées à respecter mentionnées dans le petit manuel fourni avec vos produits.

La première mission est donc de préchauffer les différents produits, ainsi que la pellicule, pour que tout le monde atteigne 38°C. Pour cela, nous allons faire un bain-marie, préparez une bassine d’eau chaude à ~40°C.

Etape 4 – Préchauffage

Ajoutez dans la bassine votre cuve de développement, et remplissez-là avec l’eau de votre bain-marie. Ca permet de pré-mouiller la pellicule, tout en la mettant à température. En plus, ça évite que la cuve flotte et se promène partout, c’est pratique.

Placez également dans la bassine votre révélateur couleur, et le blix. (Le stabilisateur s’utilise à température ambiante, inutile de le mettre avec).

Une cuve et des chimies C-41
en train de préchauffer

Maintenir la bassine à température

La bassine va alors rapidement descendre en température. Votre rôle à partir de maintenant va être de maintenir votre bassine à précisément 38°C tout au long du processus. A savoir que dans l’étape suivante nous auront une marge d’erreur de seulement +-0.3°C, il faut donc être précis.


Pour garder le tout à température, il existe 2 solutions :

  • Vous pouvez investir dans un thermostat à immersion qui va s’occuper de maintenir la température pour vous, auquel cas il faut compter facilement 100 à 150€.
  • Ou alors, il faut prévoir un thermomètre suffisamment précis, et rajouter de l’eau chaude quand la température redescend trop. Certains font ça avec l’eau chaude de leur baignoire, mais personnellement, comme je n’ai pas d’accès à l’eau directement dans mon laboratoire, je prépare 2 bouteilles d’eau bien chaude (~50-55°C) que je garde à portée de main, chacun sa technique 😁

Après 4 à 5 minutes à maintenir l’ensemble à 38°C, vérifiez que votre cuve et vos produits sont bien à température avec un thermomètre. Si c’est le cas, il est temps de passer à la suite.

Vous pouvez maintenant vider votre cuve de son eau. Tenez là bien, elle va avoir tendance à se renverser.

Etape 5 – Révélation, blanchiment-fixage, stabilisation

Maintenant que tout est à température, il est temps de développer notre pellicule à proprement dit. On va donc la passer dans les différents produits.

Comme je le disais plus tôt, toutes les durées et les températures à respecter sont mentionnées dans votre manuel d’utilisation. Comme ici je développe à 38°C, je regarde ce que m’indique le tableau correspondant pour avoir toutes les températures et les durées à respecter.

Les temps de développement mentionnés
pour le Kit C-41 que j’utilise dans cet article

Le révélateur couleur

C’est la phase la plus critique du développement. Contrairement aux autres bains où on a une marge d’erreur assez large, ici on doit être à +-0.3°C de 38°C. Autrement dit, il faut rester entre 37.7 et 38.3°C. Surveillez donc bien la température tout au long de cette étape, et ajustez-là avec un peu d’eau chaude si nécessaire.

Ici mon tableau m’indique que la révélation couleur doit durer 3min15, donc placez un chronomètre à proximité.

Versez le révélateur couleur dans la cuve, et lancez votre chronomètre.

Développement Couleur = agitation continue

En plus de surveiller la température, durant toute la révélation vous devez remuer gentiment la cuve. Et oui, contrairement au développement noir et blanc, en couleur, les produits doivent être constamment agités. Pour cela, vous pouvez fermer votre cuve et la faire rouler tranquillement dans l’eau de votre bassine, ou alors utiliser l’agitateur qui est fourni avec la plupart des cuves.

Une fois le temps écoulé, retirez le révélateur de la cuve, et on peut passer à l’étape suivante. Toujours pareil, la cuve est vide, donc elle va vouloir se balader dans la bassine, ne la lâchez pas.

Le blix (blanchiment-fixage)

(Oui j’ai écrit « bleach » à la place de « blix » sur la bouteille 😝)

Toutes mes félicitations, vous avez passé l’étape la plus compliquée. A partir de maintenant, nous aurons beaucoup plus de marge d’erreur sur la température, c’est bien plus simple. Ici mon guide d’utilisation indique que j’ai le droit d’être à +-2°C, et que cette étape dure 6 minutes.

Comme pour le révélateur couleur, on verse le produit dans la cuve (attention, je rappelle que ça tâche), je lance mon chronomètre, et tant que le temps n’est pas terminé, on mélange tranquillement tout en surveillant la température.

Une fois le temps écoulé, retirez le blix de la cuve, et on passe à la suite !

Rinçage

Enfin, le rinçage c’est l’étape la plus tranquille de toute. Ici inutile de trop s’attarder sur la température, on va utiliser l’eau encore chaude du bain-marie pour rincer la pellicule.

Notre rôle ici va être de rincer la pellicule des résidus de produits chimiques. On remplit la cuve avec l’eau du bain-marie, puis on mélange tranquillement pendant 1 minute, et on vide. Répétez l’opération au moins 4 fois, jusqu’à ce que l’eau ressorte parfaitement claire.

Lors du dernier rinçage, on va en profiter pour faire redescendre tranquillement la cuve en température pour pouvoir utiliser notre stabilisateur à température ambiante.

Pour cela, sortez la cuve du bain-marie. Versez-y tout doucement un peu d’eau à température ambiante, puis mélangez. Répétez l’opération jusqu’à ce que la cuve soit revenue sous les 25°C. Allez-y doucement (comptez 2 à 3 minutes) pour éviter tout choc thermique à la pellicule.

Stabilisation

Votre pellicule n’est maintenant plus sensible à la lumière, et elle ne contient plus de produits chimiques, on peut donc maintenant ouvrir la cuve sans risque. Ne la sortez pas encore, il nous reste une dernière étape à effectuer.

Maintenant qu’on est revenu à la bonne température, il ne reste plus qu’à verser notre stabilisateur dans la cuve. Ce produit créé de la mousse très facilement, donc versez-le doucement, puis mélangez tranquillement durant une minute. Moins il y a de mousse mieux c’est.

Vous pouvez maintenant retirer le stabilisateur de la cuve.

Etape 6 – Découvrir ses photographies

Ca y est, votre pellicule est maintenant développée, vous pouvez enfin la récupérer pour découvrir le résultat ! 🥳

Normalement si le développement est fait correctement, les inscriptions sur le bord de votre pellicule doivent être parfaitement nettes et bien noires.

Vous pouvez maintenant mettre votre pellicule à sécher, grâce à une paire de pinces de séchage. Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi attacher votre pellicule avec une pince à linge, et y ajouter 2 ou 3 autres pinces en bas pour faire un poids, qu’elle puisse sécher bien droite !

D’ici 2 à 3h, vous pourrez alors la découper pour en faire des bandes de négatifs afin de scanner vos photographies, ou même de les tirer sur papier si ça vous chante ! 🤗

Retrouve-moi sur
les réseaux sociaux !

Abonne toi à la Newsletter

pour être au courant des prochains articles !